Tente tunnel Terra Nova Starlite 2 Bikepacking: examen à long terme et photos

Au cours des 12 derniers mois, j’ai testé sur route une tente relativement nouvelle du fabricant de tentes britannique vétéran Terra Nova. La Starlite La gamme s’adresse directement aux bikepackers et aux cyclotouristes et se décline en options à 1, 2 et 3 couchettes.

J’utilise la version à 2 couchettes – la Starlite 2 – pour tous mes voyages à vélo, à pied et sur la route depuis avril 2018, et avec l’été qui approche à grands pas, il est temps de rédiger une description détaillée après une année de travail approfondi et varié. essai. Vous avez tendance à établir une relation étroite avec votre « mobil-home » lors de longs trajets à vélo. Alors, comment en sommes-nous arrivés ?

La Terra Nova Starlite 2 : en contexte

Le fabricant de tentes britannique Terra Nova a une longue expérience dans la production de tentes ultralégères primées et très appréciées. La Voyageur, un véhicule polyvalent et robuste, est l’un des favoris des cyclotouristes britanniques au long cours depuis plus de deux décennies. Le 1‑couchette Laser Comp était la première tente de moins de 1 kg de sa catégorie lors de son lancement il y a 15 ans et reste aujourd’hui un classique des routards ultralégers. Alors pourquoi lancer quelque chose de nouveau ?

Eh bien, avec l’explosion du bikepacking, son style d’emballage associé et une tendance à voyager avec des charges plus légères, je pense que Terra Nova a vu une opportunité pour une tente adaptée à ce créneau.

Ainsi, le Starlite vise à trouver un équilibre entre le faible poids du Laser Comp et l’habitabilité du Voyager, en accordant une attention particulière aux considérations d’emballage du bikepacker tout en conservant l’excellente performance par tous les temps pour laquelle ce fabricant de tentes britannique est connu.

Ont-ils réussi ? Je pense que oui – tant que vous pouvez vivre avec le processus relativement fastidieux de monter une tente tunnel. Mais que vous en achetiez un ou non dépendra également de l’endroit et du moment où vous prévoyez de l’utiliser. Plus à ce sujet plus tard…

Premières impressions

Hors de la boîte, l’appel du Starlite 2 à cyclistes est instantanément clair. Il est court – les bâtons ne mesurent que 29 cm de long lorsqu’ils sont repliés – et le sac de rangement n’est pas un tube fragile en matériau anti-mouches ultraléger, mais un sac en toile solide avec plusieurs rangées de boucles de sangle.

En d’autres termes, il est prêt à être attaché à votre guidon, à accrocher à l’arrière de votre selle, à glisser dans un sac de selle ou à jeter dans une petite sacoche.

Lancement pour la première fois, j’ai reconnu les caractéristiques caractéristiques des tentes Terra Nova : le style de montage tout-en-un, les sangles de renfort sous le sol qui soulagent le matériau du sol, les poteaux et les manchons à code couleur et le camping sauvage couleurs du double toit vert aiguille de pin et intérieur jaune vif.

En parcourant le terrain, j’ai été rassuré par l’attention portée aux détails et par les matériaux et la construction apparemment robustes. Ce feutre comme un produit de qualité. (Et j’ai passé beaucoup de nuits dans beaucoup de tentes !)

Utilisation prévue

Il s’agit d’une tente quelque peu spécialisée. Comme indiqué ci-dessus, la sagesse acceptée dans les cercles de bikepacking et de cyclotourisme est que les tentes autoportantes sont généralement plus polyvalentes que les tentes qui nécessitent un piquetage. Comme un tente tunnelle Starlite est dans ce dernier camp, nécessitant un minimum de 7 piquets pour être correctement érigé, et tous les 11 pour le terrain le plus robuste.

L’objectif de Terra Nova avec le Starlite, cependant, n’est pas une polyvalence globale maximale (c’est à cela que sert le Voyager) mais des performances optimales pour le type d’utilisateur auquel il est destiné : bikepackers et cyclotouristes ultra-légers du Royaume-Uni.

En règle générale, la conception d’une tente reflète son lieu d’origine ; Ainsi, les tentes britanniques ont tendance à être performantes par tous les temps, en privilégiant l’imperméabilité et la stabilité par temps changeant et sur un sol mou et humide.

Heureusement, ces priorités de conception restent pertinentes dans de nombreux autres emplacements de la zone tempérée vous pourriez envisager pour une tournée à l’étranger.

Si, en revanche, vous partez de l’autre côté de la tropiques ou la désert et que vous voulez un intérieur en maille autoportant, le Starlite ne sera probablement pas pour vous.

Habitabilité

Les tentes tunnel peuvent parfois sembler un peu claustrophobe car il n’y a pas beaucoup de marge qu’une telle structure peut offrir, surtout avec les plus petits modèles.

Le Starlite 2 trouve un bon équilibre à cet égard. Il offre plus espace de tête que les abris ultra-minimaux privilégiés par certains bikepackers, bien qu’il ne rivalise pas tout à fait avec le caverneux Hubba Hubba NX (86 cm contre 100 cm de hauteur libre et une entrée / porche au lieu de deux). Cela ressemble à un petit point, mais c’est agréable de pouvoir s’asseoir droit à l’intérieur de votre tente pendant que vous changez de vêtements le soir ou que vous enfilez des couches le matin. La starlite 2 juste gère cela pour moi (je suis 5 pieds 11).

Le Starlite 2 a un généreux porche (ou auvent) pour ranger le matériel. Si vous achetez l’empreinte optionnelle (c’est-à-dire : protecteur de sol), celle-ci s’étendra pour couvrir toute la zone du porche. Parce qu’il a un plancher assez long (220 cm), il y a aussi un peu d’espace pour du matériel supplémentaire (ou des personnes particulièrement grandes !) dans le pied légèrement effilé, même si les deux couchettes sont occupées.

Alors que les bikepackers solitaires les plus minimalistes opteront directement pour la version 1 couchette du Starlite, j’ai toujours pensé que prendre une tente 2 couchettes lors de voyages en solo est payant chaque nuit en termes de confort et de commodité. Je le remarquerai bien plus que le poids supplémentaire, car pédaler, c’est juste pédaler, mais je veux que mes camps soient un moment de détente et de plaisir.

Lancer la Terra Nova Starlite 2

J’ai d’abord trouvé le lancer processus pour être plus délicat que les différentes tentes autoportantes et en forme de coin dans lesquelles j’ai vécu auparavant. Dans ma situation, cela aurait été vrai pour n’importe quelle tente tunnel, un style de conception dans lequel la structure est autant fournie par les piquets et haubans comme par les pôles.

Après quelques lancers, bien sûr, c’est devenu une seconde nature, et j’ai l’impression que l’affaiblissement supplémentaire à la fin de la journée est compensé par la stabilité supplémentaire, la résistance aux intempéries et le poids global réduit de la conception.

Sur le plan de ventilation, il est possible d’ajuster les fermetures éclair de l’auvent pour laisser passer l’air sous une capuche nervurée, ou d’enrouler complètement la porte par beau temps, permettant dans les deux cas à la porte en demi-maille de la tente intérieure de respirer. À l’extrémité du pied, un autre panneau en maille et un évent à capuchon externe permettent un flux d’air raisonnable. Je ne voudrais pas passer une journée entière dans une Starlite dans la chaleur de l’été, mais je ne m’attends pas à ce que beaucoup de pilotes aient cela en tête de toute façon.

Une chose que j’ai remarquée lors des terrains de plusieurs jours – et c’est assez typique des tissus ultralégers – était la tendance du double toit à s’affaisser un peu lorsqu’il est mouillé, puis à se contracter à nouveau lorsqu’il est sec. À quelques reprises, lorsque la tente était complètement trempée, cela a entraîné un contact (et donc des gouttes) entre les couches intérieure et extérieure.

Pour lutter contre cela, les sangles de serrage réglables par les points de fixation du poteau permettent de serrer ou de desserrer la braguette, et avec les haubans réglables que j’ai trouvés, je pouvais facilement ajuster mon pas pour compenser.

Performances par tous les temps

Seule une période prolongée de utilisation dans le monde réel peut démontrer comment un produit gère son utilisation au fil du temps et dans toute la gamme des conditions pour lesquelles il est conçu.

(C’est pourquoi je ne passerai jamais en revue un équipement à moins de l’avoir utilisé à long terme.)

Étant donné que la Starlite est montée (désolé) comme une tente trois saisons, ses priorités devraient être de garder le ou les occupants au sec en cas d’averse et sur un sol détrempé, tout en évacuant la condensation dans des conditions fraîches et humides, et laissant passer suffisamment d’air pendant les chaudes nuits d’été. C’est en fait un défi de taille.

J’ai eu une excellente occasion de tester les performances du Starlite dans le conditions météorologiques extrêmes pendant un camp d’entretien des sentiers d’une semaine dans la chaîne du Grand Caucase du nord de la Géorgie, où j’ai fait planter la tente au même endroit pendant une semaine. Le temps était typique des étés dans cette région montagneuse : journées chaudes et ensoleillées et nuits froides (c’est-à-dire : grands gradients de température), avec des orages soudains et violents qui se produisaient presque tous les jours.

Même quand on avait l’impression que toute l’eau et l’électricité de l’univers connu étaient déversées sur notre camp, le Starlite n’en a pas laissé couler une goutte. Avec une charge hydrostatique de 5000/6000 mm pour le double-toit et le tissu de sol respectivement, les matériaux imperméables ici sont – sur le papier – parmi les tentes les plus résistantes de cette classe (comparé à 1200/3000 mm pour la gamme Hubba NX).

Et il a à peine bronché pendant une tempête de grêle particulièrement vicieuse qui a littéralement percé des trous dans le double toit de la marmotte vieillissante de mon ami voisin.

En bref (et toujours en supposant que vous choisissiez un bon site et que vous passiez correctement), je suis heureux de rapporter les performances solides typiques de Terra Nova sur le front de tous les temps.

Poids, taille et compressibilité

Le Starlite se présente comme une tente de bikepackers, et cela semble être principalement à propos portabilité lorsqu’il est emballé. Terra Nova y est parvenu en raccourcissant les sections de bâtons pliables jusqu’à 29 cm chacune et en emballant le résultat dans un sac de la taille et de la forme d’un sac de couchage synthétique d’été.

(On peut soutenir que l’augmentation du nombre de sections de poteaux introduit plus de points de défaillance potentiels. D’après mon expérience, les poteaux en aluminium échouent soit à cause de la fatigue générale au fil des années d’utilisation, soit parce qu’une personne maladroite trébuche ou marche dessus – ne pas car une conception à section télescopique est intrinsèquement faible.)

Après avoir passé des années à attacher des tentes au sommet de mon porte-bagages arrière, j’ai trouvé que le Starlite emballé n’occupe plus le rôle de ce bagage ennuyeux et encombrant pour lequel je dois trouver une maison, s’insérant dans une petite sacoche aussi heureusement que sur mon harnais de guidon ou dans mon siège. C’est en fait vraiment sympa.

Et quand pesé par rapport aux autres tentes préférées des bikepackers et des cyclotouristes – disciplines dans lesquelles le poids/la taille emballés et l’habitabilité sont souvent tout aussi importants – la Starlite 2 se comporte de manière impressionnante, évaluée par le fabricant à 1,53 kg standard (contre 1,76 kg pour la Hubba Hubba NX ), avec le solo Starlite 1 à peine 1,12 kg.

La Terra Nova Starlite 2 : En résumé

La Terra Nova Starlite 2 est une tente tunnel à 2 couchettes de qualité supérieure qui est généreusement habitable et résistera aux pires conditions météorologiques de la zone tempérée que vous choisirez de traverser. Il se trouve également qu’il est extrêmement léger et d’une taille pratique pour les différentes façons de l’emballer sur une plate-forme de bikepacking.

À un prix catalogue de 655 €, ce n’est pas bon marché, et il est donc probable que ce soit un achat que beaucoup passeront longtemps à réfléchir. Que ce soit – lorsqu’il s’agit d’ouvrir votre portefeuille – l’argument de vente de la compressibilité ferait pencher la balance en faveur du Starlite, c’est à vous de juger, mais je dirai qu’après un an d’essais sur route, cela a fait une telle différence pour mon routine de bikepacking que je suis étonnamment réticent à le renvoyer.

 

Laisser un commentaire