Guide d’achat pour les sacoches de randonnée à vélo : Ortlieb indispensable ?

 

Un jour de 1884, Thomas Stevens a quitté la Californie à vélo, avec un sac d’or et un pistolet enroulé dans une couverture, et est devenu la première personne de l’histoire à faire le tour du monde à vélo.

Les voyageurs à vélo d’aujourd’hui emportent bien sûr beaucoup plus de matériel que cela. C’est parce que nous voulons prendre plaisir à voir le monde, plutôt que de le corrompre et de le brimer comme le faisait Stevens.

Pour transporter tout l’équipement moderne disponible aujourd’hui – tentes ultralégères, réchauds de camping portables, outils de vélo spécialisés, et bien d’autres choses encore – beaucoup d’entre nous montent des sacoches sur leur vélo. La sacoche est le bagage traditionnel des cyclotouristes depuis plus d’un siècle.

Cet article explique comment choisir un ensemble de sacoches adapté à votre budget, à votre style de randonnée et à l’équipement et aux fournitures que vous transportez.

Il est basé non seulement sur mes 15 années d’expérience en cyclotourisme, mais aussi sur celle d’innombrables cyclistes chevronnés que j’ai côtoyés et interrogés sur leur propre équipement, dans le but de créer le guide d’achat de sacoches le plus équilibré possible (sans jeu de mots).

En plus de la liste détaillée des meilleures sacoches du marché actuel, j’ai inclus des liens directs vers les pages web des fabricants et des liens d’achat pour les détaillants en Europe et en Amérique du Nord (les liens affiliés sont identifiés par un astérisque ; cliquez ici pour lire ma politique d’affiliation complète).

Mais je ne veux pas présumer de vos connaissances préalables, alors commençons par présenter les principes de base des sacoches pour le cyclotourisme avant de nous plonger dans les détails.

(Si vous préférez sauter les questions de débutant, vous pouvez aussi passer directement à la liste des sacoches).

Que sont exactement les sacoches pour vélos ?

Panniers are purpose-made bags designed to be hung off the sides of a bicycle or motorbike (or, originally, slung over a pack animal). They are almost always designed to be used in pairs, for what I hope are obvious reasons of balance and stability.

Ai-je besoin de deux ou quatre sacoches (ou autre chose) ?

La configuration traditionnelle pour le cyclotourisme longue distance est de quatre sacoches – une petite paire à l’avant et une plus grande paire à l’arrière – plus une sacoche de guidon et quelques autres accessoires.

En effet, lorsque vous faites une liste de tout ce dont vous avez besoin pour un voyage transcontinental ou autour du monde, que vous l’achetez et que vous essayez de le faire tenir sur un vélo, cela remplit généralement quatre sacoches.

Deux sacoches (à l’avant ou à l’arrière) peuvent suffire pour les voyages légers, comme les courtes randonnées estivales près de chez vous, avec de nombreux magasins de vélo, des stations de ravitaillement et d’autres installations sur votre route.

Vous pouvez également utiliser deux sacoches à plus long terme pour une approche minimale de l’emballage, notamment parce que le matériel de camping est de plus en plus léger. Vous verrez souvent des cyclistes plus expérimentés adopter cette approche, car ils ont passé beaucoup de temps à apprendre ce qu’ils n’ont pas besoin d’emporter.

De plus en plus, vous verrez également une approche hybride, avec une paire de petites sacoches avant ou arrière complétées par des bagages de sac à vélo tels que des sacs de cadre, des sacs de selle et des poches de cockpit. Les sacoches peuvent ensuite être retirées et rangées temporairement pour des excursions secondaires plus courtes, ce qui offre une plus grande flexibilité que la configuration traditionnelle.

Dans tous les cas, il est rare que les sacoches soient utilisées exclusivement comme moyen de stockage des effets personnels et des fournitures. Elles sont presque toujours utilisées avec des sacs secs sur le porte-bagages, des paniers, des sacoches de guidon, des sacs à dos ou d’autres sacs plus facilement accessibles qui ne vous obligent pas à vous arrêter et à tout déballer pour trouver un article d’usage courant.

Parfois, dans des cas très particuliers tels que l’hiver profond, les traversées du désert, ou simplement parce que vous voulez emporter votre guitare et votre kit de fabrication de bijoux, vous pouvez envisager une remorque au lieu (ou en plus) des sacoches, ce qui est un sujet que j’ai traité ailleurs.

Comment les sacoches de cyclotourisme varient-elles en termes de conception ?

Les sacoches de vélo destinées au cyclotourisme (par opposition aux sacoches destinées, par exemple, aux courses) sont disponibles dans une variété de tailles, de couleurs et de matériaux, et sont généralement étiquetées « avant » ou « arrière ». Elles sont généralement (mais pas toujours) vendues par paire, parfois avec des différences entre la gauche et la droite, et parfois sans.

Les sacoches avant ont tendance à être plus petites, et ce pour une bonne raison : le poids que vous portez sur la roue avant se répercute directement sur la direction et la maniabilité de votre vélo. Il est donc préférable d’être plus léger, en particulier sur les routes accidentées.

Une sacoche avant typique peut avoir une capacité de 10 à 15 litres (soit 20 à 30 litres par paire). Des sacoches plus grandes à l’avant risquent également de heurter le tube inférieur du vélo (ou même le sol) lors d’un virage serré, ou d’interférer avec les freins à disque.

Les sacoches arrière ont généralement une capacité deux fois supérieure, soit 20 à 30 litres chacune (40 à 60 litres par paire). Les sacoches pour tandem peuvent être encore plus grandes.

Comme nous l’avons mentionné plus haut, une seule paire de sacoches arrière peut suffire pour les voyages les plus longs, à condition d’avoir un équipement léger et bien pensé.

Quels types de systèmes de fixation de porte-bagages existe-t-il ?

Il existe aujourd’hui une grande variété de systèmes d’attache, mais ils utilisent presque tous une paire de clips à crochets fixés à l’arrière de chaque sacoche, leur permettant d’être suspendus aux tubes du porte-bagages, ainsi qu’une sorte de languette de retenue réglable à l’arrière de chaque sacoche pour s’accrocher autour des tubes du porte-bagages et les empêcher de se balancer.

Bien que les paires de sacoches puissent être identiques dès la sortie de l’emballage, le réglage des fixations pour s’adapter à vos porte-bagages les rendra généralement configurées comme des sacoches « gauche » et « droite » à partir de ce moment-là.

Vous verrez parfois une paire de sacoches attachées l’une à l’autre avec une bande de tissu entre elles, le tout étant ensuite suspendu au porte-bagages. En règle générale, n’achetez pas ces sacoches, sauf si c’est la seule chose que vous pouvez obtenir, car ce style est beaucoup moins durable et polyvalent que les sacoches individuelles et les supports de porte-bagages.

De quels matériaux sont faites les sacoches ?

En termes de conception et de matériaux de construction, il existe deux grandes catégories de sacoches : les sacoches totalement étanches et les sacoches semi-étanches ou non étanches (souvent appelées « résistantes à l’eau »).

Les sacoches totalement étanches sont généralement fabriquées en tissu laminé avec des coutures scellées, utilisant souvent le même système de fermeture « roll-top » que l’on trouve dans les sacs secs pour les sports de pagaie. Comme pour tout équipement étanche, vous devez toujours emporter un kit de réparation simple – une longueur de ruban adhésif Gaffa au minimum, ou peut-être un rouleau de ruban adhésif Tenacious Tape.

Les sacoches non étanches (ou parfois « résistantes à l’eau ») sont généralement fabriquées en toile épaisse, avec des couvercles de type sac à dos avec des fermetures à glissière ou des boucles, et présentent un certain degré de résistance à l’eau et/ou une plaque arrière étanche pour protéger contre les éclaboussures de la route. Le kit de réparation que vous devez emporter pour ce type de sacoche est une aiguille et du fil à usage intensif.

Certaines personnes s’attachent à la couleur du matériau. Certains pensent qu’en utilisant des sacoches imperméables noires sous un climat ensoleillé, vos affaires seront bien cuites. À l’inverse, certaines personnes pensent que les sacoches à haute visibilité sont meilleures pour la sécurité, bien que les sacoches de toutes les couleurs soient ornées des mêmes patchs réfléchissants.

Personnellement, je ne pense pas qu’il y ait une grande différence pratique. S’il fait vraiment très chaud, les couleurs plus claires ne seront pas d’un grand secours, et vous – le cycliste – devriez toujours être plus visible que vos sacoches. Je vous conseille de choisir des sacoches de la couleur de votre choix… et de commencer par y mettre un gilet de signalisation.

En bref, il existe une grande variété de produits. Il existe cependant quelques marques et modèles spécifiques de sacoches de vélo qui ont fait leurs preuves pendant plusieurs décennies sur des circuits très longs et exigeants.

Nous commencerons par examiner les sacoches basiques et économiques, puis nous irons jusqu’aux sacoches durables et résistantes, capables de supporter des années d’utilisation quotidienne constante.

Des sacoches sans budget pour le cyclotourisme

Pour le plus ultra-budget des voyages, vous pouvez tout à fait arrêter de lire cet article ; prenez toutes les sacoches d’occasion bon marché ou gratuites que vous pouvez trouver sur eBay*, Freecycle, Gumtree, ou qu’on vous donne ou prête ; ajoutez un kit de couture de base, un rouleau de Gaffa Tape, quelques serre-câbles et quelques sacs en plastique, et partez.

J’ai fait cela en 2013, j’ai écrit un article détaillé à ce sujet, puis j’ai traversé l’Angleterre à vélo sans argent pour prouver la théorie.

Si vous êtes bon en bricolage, envisagez de fabriquer vos propres sacoches (ou de devenir bon en bricolage).

Les seaux rectangulaires avec couvercle sont disponibles dans les quincailleries et les animaleries et peuvent être convertis en sacoches avec quelques fixations courantes. Les glacières ont traversé les continents de la même manière (voir photo ci-dessus). Le blog de REI propose un article long et utile sur la fabrication de vos propres sacoches de seau.

Sacoches bon marché pour le cyclotourisme

En ce qui concerne les sacoches bon marché en bas de gamme, une visite dans n’importe quel magasin de vélo ou de plein air (par exemple, Go Outdoors ou Decathlon au Royaume-Uni, REI aux États-Unis ou MEC au Canada) vous montrera qu’il existe une infinité d’options dans cette catégorie.

Aucun d’entre eux ne peut vraiment être considéré comme meilleur ou pire qu’un autre, en raison du manque de preuves documentaires substantielles autres que les avis des clients (qui doivent toujours être pris avec une pincée de sel, car qui sont exactement ces clients de toute façon ?)

Pour vous aider à choisir des sacoches bon marché raisonnablement durables, et à les garder sur la route le plus longtemps possible, voici quelques conseils :

  • Les sacoches bon marché sont souvent destinées aux navetteurs et aux acheteurs, plutôt qu’aux cyclotouristes, alors essayez de trouver quelque chose qui prétend au moins être conçu pour un usage touristique.
  • Évitez tout ce qui repose sur des fermetures à glissière pour le compartiment principal, car les fermetures à glissière bon marché sont susceptibles de se casser. Optez plutôt pour un modèle avec des sangles et des boucles/clips.
  • Évitez les matériaux « imperméables » bon marché et fragiles et préférez les vrais tissus, puis imperméabilisez tout ce qui se trouve à l’intérieur des sacoches avec des sacs de transport ou des sacs secs si nécessaire.
  • Envisagez d’acheter ou de fabriquer des housses de sacoches imperméables, qui sont essentiellement des bonnets de douche élastiques géants ; elles vous permettront de vous rendre au prochain abri (surtout si vous les associez à un garde-boue efficace pour empêcher les éclaboussures de la route d’imbiber les sacs par l’arrière).
  • Enfin, emportez un kit de couture, du Gaffa Tape et des serre-câbles. Je sais que je me répète, mais le fait est que vous pouvez économiser beaucoup d’argent et résoudre beaucoup de problèmes avec une attitude pragmatique.

Parmi les marques économiques reconnues au Royaume-Uni et en Europe, citons Altura, Topeak et B’Twin (la marque de vélo interne de Decathlon).

Ce que vous recherchez à cette extrémité du spectre, c’est une capacité qui correspond à vos besoins en matière d’emballage, une compatibilité avec vos porte-bagages et le moins de problèmes possible.

Bien sûr, s’il s’agit simplement de ce que vous pouvez mendier, emprunter ou voler, tout est mieux que rien !

Sacoches de milieu de gamme pour le cyclotourisme

Il existe quelques modèles de sacoches de milieu de gamme qui ne répondent pas tout à fait aux critères des sacoches d’expédition haut de gamme, mais qui se sont néanmoins avérés capables de faire face à des voyages à vélo très longs et ardus. Je vais énumérer ici quelques-uns des exemples les plus connus, ainsi que présenter quelques marques moins connues qui sont prometteuses dans cette catégorie.

Crosso Dry (Pologne, 55/60 € avant/arrière)

Crosso est une entreprise polonaise qui fabrique des sacoches à des fins commerciales depuis 2006. Si vous êtes basé en Europe et que vous pouvez trouver un détaillant, ils constituent une bonne option dans le milieu de gamme, étant considérablement moins chers que les sacoches de grande marque. Elles sont assez basiques en termes de conception et de matériaux, mais à bien des égards, c’est une bonne chose, et elles vous serviront bien si vous en prenez soin.

Les sacoches étanches Dry sont proposées en paires avant/universel et arrière, avec une capacité de 30 et 60 litres par paire respectivement, avec des fermetures à enroulement et des coutures soudées, et un choix de 10 couleurs. (J’ai une paire de sacs arrière depuis 12 ans, que j’utilise toujours avec plaisir après quelques réparations).

Le système d’attache standard comprend deux crochets fixes en acier en haut, avec un crochet inversé sur une bande élastique en bas pour fixer la sacoche en place. Une fois que vous vous êtes habitué au système, il est très facile de monter et de démonter les sacoches, et il est étonnamment stable.

Tous les porte-bagages ne disposent pas d’un rail horizontal inférieur pour fixer le crochet inférieur. Il existe donc l’option Click, plus onéreuse, qui utilise des fixations de style traditionnel de la société allemande Rixen+Kaul (qui fabrique le système KlickFix, très répandu). Il s’agit d’un meilleur choix pour les voyages de très longue durée, car les fixations sont remplaçables.

Carradice CarraDry (Royaume-Uni, 55/85€ avant/arrière)

Les sacoches CarraDry de la société britannique Carradice sont étanches, offrent une capacité généreuse (58 litres par paire à l’arrière) et présentent un très bon rapport qualité-prix. Elles partagent un système de fixation très durable avec les sacoches d’expédition Super C (ci-dessous).

Bien qu’on ne puisse pas les qualifier d’étanches à 100 %, avec un système de fermeture à cordon de serrage plutôt qu’une fermeture à enrouleur de type sac sec, elles sont fabriquées dans un tissu synthétique laminé imperméable similaire à celui des autres sacoches de cette section, avec des coutures soudées et des fermetures éclair imperméables, qui empêcheront les pluies les plus fortes de pénétrer. Comme les autres produits Carradice, elles comportent des poches extérieures en plus du compartiment principal.

La CarraDry peut être un bon choix si vous recherchez une paire de sacoches étanches de haute qualité (et que vous n’avez pas l’intention de les faire flotter sur des rivières profondes), mais que votre budget ne vous permet pas d’acheter des Ortliebs haut de gamme, et/ou que vous voulez soutenir ce fabricant britannique de longue date.

Ortlieb Sport-Roller/Back-Roller City (Global, 85/95 € avant/arrière)

La série City des sacoches Ortlieb est une version simplifiée et moins chère de la série Classic/Plus habituellement choisie pour le tourisme (voir ci-dessous).

La gamme Ortlieb City est commercialisée pour les navetteurs, mais en réalité ils sont les mêmes que les Ortlieb haut de gamme en termes de forme, de capacité, d’étanchéité et de matériaux de construction, rendus légèrement plus légers et un peu moins chers par quelques caractéristiques manquantes.

Alors qu’est-ce que vous perdez à économiser un peu d’argent ? Hormis le choix limité de couleurs, l’élément le plus important que vous perdez est la fermeture complète par enroulement. À la place, les boucles supérieures s’attachent à des clips sur les côtés de la sacoche, et il n’y a pas de sangle supplémentaire sur le dessus (bien que vous puissiez en ajouter une par la suite). Cette configuration est moins flexible avec une charge de taille variable, et moins étanche dans le cas où une sacoche serait complètement submergée.

Il n’y a pas non plus de bandoulière ni de poche intérieure, bien que ces deux éléments ne soient pas très importants pour les randonnées. Le système d’attache au porte-bagages est le mécanisme QuickLock1, un peu plus ancien, utilisé précédemment sur les sacoches Classic/Plus qui sont toujours aussi solides après des décennies – encore une fois, ce n’est pas un gros problème.

D’un point de vue positif, tout ceci réduit le poids total ; 760g par sacoche pour une Ortlieb City arrière contre 950g pour une Ortlieb Classic arrière. Et, comme mentionné, le prix est également réduit.

À mon avis, la polyvalence et les fonctionnalités supplémentaires des sacoches Classic/Plus valent probablement le prix supplémentaire si vous cherchez déjà des sacoches de ce type de qualité. Cependant, si vous vous déplacez déjà avec une paire de sacoches City et que vous envisagez de partir en randonnée, vous vous en sortirez très bien avec elles.

Alpkit Toliari (70€/80€/90€ paires 24/40/60l)

Relativement nouvelle sur la scène britannique, la gamme de sacoches étanches Toliari de la société certifiée B et détaillant direct Alpkit. Si l’on se fie à la qualité du reste de leurs produits, ils seront durables et bien fabriqués, c’est pourquoi je les ai inclus ici, mais il est important de dire qu’ils n’ont pas encore été testés sur des expéditions de plusieurs années.

Disponibles en trois tailles (12/20/30 litres par sacoche), dans une seule couleur graphite et vendues à l’unité, elles intéresseront probablement les fidèles de la marque, étant à peu près au même prix que les sacoches Ortlieb City dont la réputation gagnera probablement plus d’acheteurs, surtout en dehors du Royaume-Uni.

Cela dit, les références sociales et environnementales d’Alpkit sont assez difficiles à battre.

MEC World Tour (CAD 180/200€ avant/arrière)

La coopérative canadienne de vente d’équipements de plein air MEC équipe les aventuriers depuis 1971. Ses sacoches de vélo World Tour, disponibles en 20 et 30 litres pour l’avant et l’arrière, constituent une option de milieu de gamme solide et d’un prix raisonnable.

Conçues simplement avec un compartiment principal et une petite poche avant, les sacoches sont résistantes à l’eau, mais pas totalement étanches – MEC propose des housses de pluie en option si vous souhaitez une meilleure protection contre les éléments, ainsi qu’un large choix de sacs étanches pour le contenu.

Le système de fixation par crochets Rixen et Kaul, très répandu, est facile à utiliser et compatible avec presque tous les porte-bagages et les porte-vélos. Les concepteurs ont également intégré des porte-matériels supplémentaires sur le dessus de la sacoche, ce qui est utile pour attacher des accessoires supplémentaires que vous pourriez ramasser sur la route.

Si vous êtes basé au Canada ou si vous commencez une tournée à partir du Canada, la sacoche World Tour de MEC est une option décente si vous voulez quelque chose de simple, durable et très fonctionnel sans faire un gros trou dans votre solde bancaire.

Les meilleures sacoches d’expédition de tous les temps pour le cyclotourisme

Ici, nous allons examiner en détail les sacoches qui ont au moins une décennie (souvent deux ou plus) de réputation prouvée et documentée comme étant adaptées aux voyages au long cours. Je parle d’odyssées de plusieurs années, autour du monde, avec un seul jeu de sacoches. Ce genre de « long-courrier ».

Comme vous pouvez vous y attendre, la plus grande préoccupation à ce niveau du marché est la durabilité. Les sacoches subissent beaucoup d’abus, et pas seulement le matériau du sac – c’est aussi là où la toile et les supports de porte-bagages se rencontrent que les forces seront concentrées sur des milliers de kilomètres de routes cahoteuses.

Les trous dans la toile peuvent être réparés à l’aide d’un kit de couture, et les matériaux imperméables peuvent être réparés avec de l’Aquaseal, du Tenacious Tape, du Gaffa Tape, voire même des rustines pour crevaisons, qui font tous partie d’une trousse de secours plus générale. Les systèmes de fixation cassés sont des problèmes plus difficiles à résoudre. L’achat de sacoches de qualité supérieure d’une marque qui a fait ses preuves éliminera en grande partie – mais jamais entièrement – ce risque.

Les mêmes considérations d’achat de sacoches s’appliquent aux sacoches d’expédition et aux sacoches économiques. Sont-elles compatibles avec les porte-bagages de votre vélo ? Sont-elles de taille appropriée pour le matériel que vous transporterez, ainsi que pour la nourriture ?

Comme nous l’avons mentionné au début de cet article, la plupart des cyclistes d’aujourd’hui peuvent se contenter de deux grandes sacoches arrière, d’un sac à dos variable et d’un sac de guidon. Pour un tour du monde, il faut traditionnellement quatre sacoches – une paire de sacoches plus petites à l’avant et une paire plus grande à l’arrière – car tout voyage de plusieurs années exige inévitablement de la flexibilité.

Il est peu probable que vous sachiez exactement quelles sont vos exigences en matière de capacité avant d’avoir disposé votre matériel devant vous, mais en règle générale, il est préférable de répartir le poids de manière égale et de disposer d’un peu d’espace supplémentaire plutôt que de surcharger vos sacs et d’avoir un vélo déséquilibré.

N’oubliez pas que, quelle que soit la capacité nominale « officielle », la plupart des sacoches à fermeture par enroulement ou par boucle se resserrent ou s’élargissent d’une certaine manière pour accueillir ce qu’elles contiennent.

OK ! Jetons un coup d’œil aux meilleures sacoches d’expédition disponibles aujourd’hui, qui ont accumulé le plus de kilomètres autour du monde sur des circuits de toutes longueurs, de tous lieux et de tous niveaux de difficulté. (Tous les prix de vente conseillés ci-dessous sont par paire).

Sacoches de cyclotourisme Ortlieb

Disons-le d’emblée : la chose la plus intéressante à propos de la gamme de sacoches étanches à roulettes d’Ortlieb est qu’elles sont les plus populaires parmi toutes les sacoches utilisées sur les tours du monde.

En effet, dans une enquête Twitter très peu scientifique que j’ai menée lors de la recherche initiale de cet article, environ ⅔ des répondants utilisaient des Ortlieb.

Le fait de voir tout le monde les utiliser attire davantage de personnes à les acheter, puis à prétendre qu’elles sont le  » seul choix « , alors qu’elles n’ont jamais utilisé autre chose. Et ainsi l’inertie continue.

Bien sûr, environ ⅓ des personnes interrogées n’utilisaient pas d’Ortliebs, et pourtant, d’une certaine manière, elles étaient toujours parfaitement satisfaites.

Alors : avez-vous vraiment besoin d’Ortliebs ?

Eh bien, il n’y a aucun doute qu’ils font de très bonnes sacoches. Ils sont à peu près la bonne taille pour la plupart des utilisateurs. Elles sont disponibles dans un choix de couleurs. Elles sont compatibles avec la plupart des porte-bagages de randonnée. Elles sont durables (ce qui ne veut pas dire que vous ne devez pas vous munir d’un kit de réparation) et sont garanties 5 ans. Et elles sont dans la même gamme de prix que la plupart des autres sacoches d’expédition de cette liste.

En bref : le prix est compétitif et leur efficacité est prouvée. Vous n’en avez certainement pas besoin, mais il est très peu probable qu’elles vous déçoivent.

(D’ailleurs, les sacoches Ortlieb d’occasion sont idéales pour être achetées à bas prix au début du printemps, car c’est le genre de choses que les gens achètent en janvier quand ils décident de commencer à aller au travail à vélo et qu’ils revendent quelques semaines plus tard sur eBay. Profitez-en*).

Les sacoches Ortlieb existent en plusieurs variétés. Voyons celles qui intéressent le plus les voyageurs à vélo.

Ortlieb Sport-Roller/Back-Roller Plus (Global, 125/145€)

S’il existait un kit standard pour le tour du monde à vélo (voilà une idée), il comprendrait probablement une paire de sacoches Ortlieb Sport-Roller Plus (anciennement Front-Roller Plus) à l’avant et une paire de sacoches Ortlieb Back-Roller Plus à l’arrière du vélo, le tout dans des couleurs assorties.

Avec 25 litres par paire pour les Sport-Roller et 40 litres par paire pour les Back-Roller, elles sont légèrement plus petites en capacité nominale que les autres sacoches de cette liste. Cependant, comme pour toutes les sacoches à roulettes, vous pouvez faire moins de roulettes en les fermant pour créer plus d’espace.

Les boucles situées en haut de la sacoche peuvent être attachées ensemble, comme avec une sacoche sèche ordinaire, ou attachées à une sangle de transport qui se fixe ensuite à l’avant de la sacoche grâce à une languette de retenue située près du bord inférieur. Pour une plus grande tranquillité d’esprit en cas de surcharge, une autre sangle courte peut être attachée sur le dessus de la sacoche fermée.

Parmi les autres caractéristiques utiles, citons une petite poignée fixée aux points de montage du porte-bagages pour faciliter la fixation et le retrait de la sacoche sur le porte-bagages, ainsi qu’une pochette amovible fixée à la plaque de support à l’intérieur de la sacoche pour les objets plats tels que les documents de voyage et les agendas.

La version actuelle des sacoches Plus utilise le système de fixation QuickLock2.1, qui est une version mise à jour du système original d’Ortlieb avec une compatibilité plus large avec la gamme de porte-bagages sur le marché aujourd’hui (cela inclut les populaires porte-bagages Tubus, si vous vous demandez). Avec ce système, les crochets sont verrouillés en place par des dispositifs de retenue à ressort, qui sont libérés lorsque vous tirez sur la poignée pour un retrait facile. Des inserts sont fournis pour différents diamètres de tubes de porte-bagages afin d’assurer un ajustement sûr et sans cliquetis.

Ce qui distingue la série Plus de la série Classic (voir ci-dessous), c’est le tissu utilisé pour leur fabrication : un nylon tissé de haute qualité de marque Cordura qui est laminé à l’intérieur. Cela rend la surface extérieure presque aussi résistante à l’abrasion qu’une sacoche en toile, tout en restant imperméable grâce à l’intérieur laminé. Le tissage étant moins dense que le laminé, le Plus est donc légèrement plus léger que le Classic : 840 g par sacoche arrière contre 950 g.

Ortlieb Sport-Roller/Back-Roller Classic (Global, 110/130€)

Légèrement plus lourdes, moins chères et moins résistantes à l’abrasion, les Ortlieb Sport-Roller Classic et Back-Roller Classic, qui se nettoient facilement, vous permettront d’économiser quelques jours de budget alimentaire tout en vous donnant le sentiment de dormir sur vos deux oreilles. Comme indiqué ci-dessus, le tissu utilisé pour la construction est un polyester double couche plus léger et légèrement plus basique. A part cela, tous les autres aspects sont les mêmes.

(Il est intéressant de noter que je n’ai jamais entendu parler de quelqu’un qui aurait acheté les Classics et qui aurait ensuite regretté d’avoir acheté les Pluses. À part ce type dans les commentaires. Il y en a toujours un).

Ortlieb ‘Pro’ Variantes

Les sacoches Ortlieb Sport-Roller et Back-Roller Plus/Classic ci-dessus sont disponibles dans une autre variante : Pro.

Qu’est-ce qui les rend « pro » ? Elles sont plus grandes. Au lieu de 40 litres par paire, vous obtenez une capacité énorme de 70 litres.

Votre porte-bagages peut-il supporter cette quantité de poids ? Votre vélo a-t-il assez d’espace pour les talons ? Avez-vous besoin de 30 litres d’espace supplémentaire pour les sacoches ?

En réalité, les personnes qui profiteraient le plus de ces sacoches seraient les cyclistes en tandem (pour lesquels elles sont conçues), et peut-être les personnes qui font du vélo en plein hiver. Le reste d’entre nous peut simplement attacher un grand sac sec au porte-bagages arrière et ne le remplir que lorsque c’est nécessaire.

Carradice Super C (UK, 95/120€ avant/arrière)

La gamme Super C de Carradice est une ligne classique de sacs et de sacoches britanniques fabriqués à la main, dont le design a peu changé depuis des décennies. (J’ai une paire de sacoches arrière accrochée à mon propre vélo de tourisme depuis 15 ans et plus).

Cousues à partir d’une toile de coton ciré très résistante, du type de celle utilisée pour les équipements militaires et les tentes de la vieille école, elles sont bien plus résistantes à l’abrasion que les sacoches étanches en tissu laminé ou même en toile synthétique. Vous entendrez des histoires de paires de Super Cs utilisées pendant plus de 30 ans, alors que les Ortliebs vous feront perdre votre thé, donc si c’est la longévité pure que vous recherchez, ce sont les meilleures sacoches qui existent.

Les sacoches avant (ou « universelles ») ont une capacité de 28 litres par paire et, à part les fixations amovibles, sont de conception symétrique, avec un grand compartiment principal et une petite poche extérieure dans laquelle je pourrais être tenté de stocker quelques snacks. Les sacoches arrière ont une capacité de 54 litres par paire, avec une poche extérieure à l’arrière. Les deux tailles ont des couvercles à boucle avec des sangles réglables, en plus d’un cordon de serrage pour le compartiment principal.

Le système d’attache de Carradice, basé sur deux crochets autobloquants le long du bord supérieur intérieur du sac et avec une languette de retenue à l’arrière, a prouvé sa durabilité lors de nombreux tours du monde. Les fixations sont très réglables, ce qui les rend compatibles avec une grande variété de porte-bagages (des adaptateurs sont disponibles pour les tubes de porte-bagages d’une épaisseur supérieure à 13 mm), et permet de les reculer considérablement pour dégager les talons. Ces fixations sont amovibles – toujours une bonne idée pour transporter les sacoches dans les avions, les trains et les bus.

Ce qu’elles ne sont pas, c’est 100% étanches. Bien que la toile cirée empêche la pluie de pénétrer, elle finit par absorber l’eau si elle est complètement immergée, et le système de fermeture à couvercle ne sera jamais aussi étanche qu’une sacoche à roulettes, comme nous l’avons vu plus haut.

Malgré cela, ce sont des réceptacles extrêmement durables pour le matériel (emballé à sec) que vous gardez à l’intérieur, et je n’ai jamais rencontré quelqu’un qui regrettait de les avoir achetés.

Comme exemple de sacoche en toile ultra-durable, la Carradice Super Cs est certainement la meilleure au Royaume-Uni, avec l’un des plus longs héritages de toutes les sacoches sur le marché.

Vaude Aqua (Europe/Canada, 110/120€ avant/arrière)

Dans le cadre d’une gamme plus large de sacs de transport et de sacs messagers, le fabricant allemand Vaude fabrique les très jolies sacoches Aqua Touring 100% étanches en versions avant et arrière.

Ces sacoches sont étonnamment similaires aux Ortlieb Classics (voir ci-dessus), et pas seulement en apparence : elles sont également fabriquées en Allemagne, bénéficient d’une garantie de 5 ans, sont dotées d’un système d’attache polyvalent à une main, ont des poches intérieures et des bretelles, et sont suivies par des utilisateurs satisfaits qui ont fait le tour du monde à vélo.

La plus grande différence est qu’ils sont légèrement plus grands (malgré le même poids), avec une capacité nominale de 28/48 litres avant/arrière contre 25/40 pour les Ortlieb.

Si vous vous préoccupez de votre impact sur l’environnement (et vous devriez évidemment l’être), vous serez peut-être intéressé par le fait que les sacoches Aqua sont  » fabriquées de manière climatiquement neutre « , c’est-à-dire que toutes les émissions de fabrication et d’expédition ont été compensées en carbone, et qu’elles sont entièrement exemptes de PVC et de PFC. En effet, Vaude a mis l’accent sur ses références écologiques ces dernières années.

Pourquoi les gens ne sont-ils pas plus nombreux à les acheter, alors ? C’est simple : ce ne sont pas des Ortlieb.

Arkel GT-54 (Canada, 499€ arrière)

Arkel est une petite entreprise canadienne fondée en 1988 dont la réputation (et le prix) des sacoches dépasse même celle d’Ortlieb. Leurs sacoches haut de gamme GT-54 classic touring sont d’un tout autre ordre d’idée, pleines de poches, de sections, de fermetures éclair, de sangles et autres parures – considérez-les comme la Rolls Royce de la Land Rover d’Ortlieb.

Nombreux sont les cyclistes qui affirmeraient que ces sacoches sont, en fait, les meilleures du monde.

Un peu plus abordable – et peut-être plus facile à obtenir si vous êtes basé au Canada ou aux États-Unis – est leur gamme ORCA de sacoches étanches, qui sont de la conception plus simple roll-top et viennent dans trois tailles différentes. Plus comme Ortliebs, en fait.

Bonus : Le grand débat sur l’étanchéité des sacoches

Il y a beaucoup d’opinions bruyantes sur Internet au sujet de l’étanchéité des sacoches. La découverte de ce « débat » peut être inquiétante pour les personnes qui dépensent deux ou trois cents livres/euros/dollars pour un ensemble complet de sacoches, et qui prévoient d’y mettre beaucoup de choses qu’ils ne veulent vraiment pas mouiller.

Le débat se résume à la question de savoir s’il faut acheter des sacoches entièrement étanches, à roulettes, à coutures scellées, de type drybag, et ne plus jamais se soucier de la pluie ou de la traversée de rivières, ou s’il existe un autre type de sacoches qui mérite d’être envisagé.

Voici ce que j’en pense.

Bien que l’option 100% étanche semble séduisante, je n’ai jamais rencontré de cycliste à long terme (c’est-à-dire ayant passé des années sur la route) dont les sacoches 100% étanches sont restées 100% étanches.

Cela n’a rien à voir avec la qualité. C’est parce qu’aucune pièce de tissu ne peut survivre à un nombre illimité de chocs, de chutes, de piétinements, de trébuchements, d’attachements à des barres de toit métalliques sur des bus et des taxis, de projections dans des soutes d’avions et des camionnettes, ou de déchirures par des ours affamés à la recherche de l’odeur du dentifrice (histoire vraie).

Certains voyageurs anticipent ces situations et s’y préparent en apportant un kit de réparation. D’autres ne le font pas et reprochent alors à leurs sacoches coûteuses de ne pas être étanches à 100 %. Quelques-uns, plus chanceux, parviennent à ne pas avoir un seul trou dans leurs sacoches et prétendent que cela prouve qu’elles seront « à l’épreuve des bombes » pour tous les autres. Ce n’est pas le cas.

Si vous avez l’intention de voyager sous de fortes pluies et de patauger dans des rivières, des sacoches de type drybag et un kit de réparation sont probablement la meilleure option.

Si vous n’êtes pas contre un peu d’administration de sacoche supplémentaire, il existe une autre approche légitime : imperméabiliser ce qui se trouve dans la sacoche au fur et à mesure que vous en avez besoin.

Pour un petit effort supplémentaire, cette approche vous permettra d’exploiter les nombreux avantages des sacoches en toile respirante :

  • Les affaires mouillées (et celles qui sentent mauvais) peuvent être isolées du reste du contenu et sécher pendant la journée,
  • Les bouteilles de carburant et autres articles potentiellement salissants peuvent être empêchés de contaminer le reste du contenu,
  • Par temps chaud, les aliments périssables peuvent être conservés plus longtemps dans une sacoche respirante que dans un sac étanche,
  • Les sacoches en toile sont plus faciles à réparer avec une aiguille et du fil ou en les confiant à un tailleur ou un cordonnier local,
  • Une toile en coton de qualité supérieure est, toutes choses égales par ailleurs, plus résistante à l’abrasion qu’un tissu synthétique laminé, et lors d’un long voyage, elle supportera le gros de la punition tandis que les sacs secs à l’intérieur resteront protégés.
  • La toile a l’air plus cool. Les quelques trous ici et là ne font qu’ajouter au caractère de la sacoche.

L' »administration de la sacoche » supplémentaire consiste à placer votre équipement dans des sacs secs à l’intérieur de la sacoche (les bons sacs sont fabriqués par Seal Line, Exped, Sea to Summit, Alpkit et de nombreuses autres marques) ; soit un grand sac sec utilisé comme doublure de la sacoche, soit plusieurs petits sacs pour l’organisation et l’imperméabilisation sélective (ou une combinaison des deux).

L’une ou l’autre de ces approches vous permettra de transporter votre matériel et de le garder au sec si vous connaissez les points forts et les points faibles de chacune d’entre elles et si vous avez une routine d’emballage adaptée.

J’ai moi-même utilisé les deux types de sacoches pour des randonnées de longue durée dans toutes les conditions, d’une paire de sacoches de shopping gratuites pour une randonnée pluvieuse au printemps en Angleterre à des sacs en toile résistants au Moyen-Orient et en Afrique, en passant par des sacoches étanches à roulettes et des sacs en toile en Mongolie. Je n’ai pas besoin de m’attarder sur la question de savoir lequel de ces systèmes est le « meilleur », car ils peuvent tous fonctionner.

La vérité est que la plupart des cyclistes de longue date utilisent des sacoches étanches à roulettes – en particulier celles d’Ortlieb mentionnées ci-dessus – parce que tout le monde le fait. C’est une question de conformité. Les non-conformistes préfèrent peut-être l’image de clochard engendrée par la toile poussiéreuse. Si vous n’arrivez pas à vous décider, tirez à pile ou face.

Laisser un commentaire